scène de campagne...

Publié le par beatrice

    

   Je n'ose plus parler de moutons, de vaches , de béliers ou de taureaux...une amie qui a la connaissance du milieu m'a, à travers son commentaire, fait remarquer que mon mouton n'en était pas un puisqu'il avait des cornes...... évidemment j'ai trouvé un échappatoire en lui racontant que j'avais vu la femme du mouton conter pâquerette (ou fleurette comme on veut) avec un quidam pendant que lui était occupé à parler rugby sans doute avec ses potes...il arriva ce qu'il arriva...Des cornes soudain ...
Je me suis quand même dit.. il faut que je me trouve un vrai mouton ..et je suis repartie...mais à croire qu'ils me faisaient la tête...je n'en vis pas un d'assez près pour faire la différence...je n'allais quand même pas rentrer bredouille, je ne faisais pas tous ces kilomètres pour rien?
Alors...d'un coup de volant à gauche, j'ai suivi l'odeur des vaches...





      J 'aime beaucoup les vaches, lors de mes longues marches solitaires, je passe beaucoup de temps à leur parler, je leur fais part de mes rencontres, de mes petits maux, de mes petites angoisses et les vaches ne me contredisent jamais ;  elles m'écoutent en mâchouillant et il suffit qu'une vienne me voir pour que tout le troupeau accourre. Cette fois-ci ce ne fut pas le cas. Je n'en ai eu qu'une à portée de crayon et encore, elle me tournait le dos, je me demande si ces braves bêtes n'auraient pas eu vent de mon histoire avec le mouton-bélier...
"Ah, c'est comme ça, on fait la tête? très bien ! "
je suis repartie et au hasard d'une cour de ferme j'ai recontré quelques poules.. voilà...me suis-je dit pour aujourd'hui cela fera bien l'affaire.
Rentrée chez moi...je suis allée faire un tour de mon quartier..et là dans un jardin, devinez...j'ai vu deux gros moutons en train de tondre l'herbe silencieusement !!! Et c'est vrai..ç'est tout à fait différent d'un bélier!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie+Ange 28/04/2009 17:27

je n'ai pas une mémoire d'éléphant comme toi...je ne me souvenais plus de cet écrit...
oui j'ai pris le temps de les observer, de rester paisiblement à côté d'elles, comme elles...mais je machouille pas si fort quand même!!
cow lick, à la prochaine...

Béatrice 28/04/2009 17:21

Marie Ange...mais...je ne rigole pas ma chère...de la même manière que je suis très sérieuse en disant qu'elles sont de merveilleuses interlocutrices qui savent écouter.
merci pour ta léchouille de vache...je suis touchée... si je me souviens bien, sur un certain livre d'or, dans un certain musée lors d'une certaine exposition...tu m'avais traitée de fêlée à cause de mon amour des vaches???ah ah ah...je vois que tu as pris le temps de les observer et que tu y vois clair maintenant dans leur regard!

Marie-Ange 28/04/2009 17:13

tiens c'était un "t" à la place du "s" au verbe "faire"...ou peut être autre chose...et puis mince qu'ils s'arrangent entre eux!

Marie-Ange 28/04/2009 17:11

tu sais ce qui me ferais plaisir?...c'est qu'un jour tu nous dessine les yeux si magnifiques de nos copines les vaches...ne rigole pas! grands, profonds, noirs, souriants j'ai l'impression...ils en disent longs sur la sérénitude de ces demoiselles.
merci pour cette bouffée d'oxygène...remontée à la capitale, j'en ai bien besoin!
bises
ps: si c'était une vache qui t'emrassait, elle te ferait une grosse léchouille!! enfin je suppose...

Béatrice 16/04/2009 13:09

hello, Chris, ravie que tu passes du bon temps sur mon blog, à bientôt.