Il fait beau chez vous?

Publié le par beatrice

A cause du ciel bleu matinal... grand sourire et quelques prises de décision aussi rapides que multiples:
Partir en bordure de l'océan...
ou marcher dans la campagne à l'ombre des arbres en fleurs...
ou aller déambuler dans les allées du vide-grenier du village voisin...
ou pourquoi pas une petite escapade en montagne...
Pour mieux y réfléchir, tâter l'air du temps en prenant son petit déjeuner dehors...
Que de bonnes idées...ouais!
le temps de s'apercevoir...des nuages...
amoncellement grisâtre... et menace de... l'inéluctable!


On va avoir de la pluie!

 
crie la voisine à travers la haie, approuvée bruyamment par son chien .Et voilà!

 Le gris s'étale à l'extérieur et colonise l'intérieur; il ronge le moral, détruit la bonne mine en même temps que les bonnes intentions, on jure, on broie du noir avant  même qu'on ait eu le temps de digérer le gris!


Allez , me dis-je, j'ai plusieurs cordes à mon arc...je ne vais pas me laisser abattre par quelques masses cotonneuses et quelques gouttes...Debout là- dedans, je vais aller euh...ici...ou là..enfin...
 toujours est-il que je me suis retrouvée après quelques vadrouilles quelque part à l'abri vers les treize heures au moment où à la fin de son repas on proposait à une dame un petit verre de saké...qu'elle accepta et qu'elle avala sans broncher avec peut-être juste une lumière subite dans le regard... si, si.. je vous assure mais il faut être observateur pour s'en apercevoir... ...et avoir une dose d'imagination fertile, si vous voyez ce que je veux dire... Puis elle s'est essuyé les lèvres en les avançant et elle a dit : "c'est passé!" avec un son rauque au fond de la gorge...si, si.. je vous assure...
Au même moment, sur ma gauche, j'apercevais un homme qui ne m'a pas paru inconnu...lui aussi d'ailleurs semblait me regarder...j'étais sûre de l'avoir quelque part dans mes archives...Et lorsqu'il s'est levé pour partir, il  a vu mon carnet sur mes genoux et il m'a dit: "Alors, on dessine toujours les gros messieurs?"

cela s'était passé il y a cinq ans dans un restaurant à St Jean de Luz!!!
Ses cheveux étaient devenus blancs mais il portait toujours une veste rouge!


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Beatrice 30/05/2009 19:06

Mdame Labaronne, merci beaucoup...merci...

labaronne 28/05/2009 22:08

bon vu l'heure, ça y est, les nerfs sont relâchés, tout va bien, ton boulot a porté ses fruits et la pleine satisfaction est là. bon chef, bonne équipe donc bon boulot !!!

Beatrice 21/05/2009 10:17

Christiane, ahhh, les hommes de St Jean..Que de coïncidences autour de lui. J'ai écouté ta belle voix...emplie de nostalgie.

Christiane 20/05/2009 11:18

Chère Béatrice, côté beau temps, mauvais temps, ici on est plutôt gâtés...Super beau weekend de Victoria Day... Faut que je sorte le tuyau d'arrosage pour mes fleurs vivaces... Mais si tu te souviens encore le w-end Victoria Day, c'est bruyant et ça pète avec les feux d'artifice comme 1 million de motos Suzuki! enfin, le calme est revenu jusqu'à l'an prochain...pouf pouf... Pour en revenir à ce dernier post, j'ai trop rigolé, parce que pendant que tu vivais la bizarre coïncidence du gros homme de St Jean à la veste rouge, à quelques heures près, moi j'enregistrais une chanson sur un autre homme de St Jean (mais pas de Luz)! Ton collage est super et j'adore la dame qui a sifflé son saké qui est passé! Je t'envoie de ce pas mon Homme de St Jean... Non pas à zieuter, mais à écouter, ouvre tes feuilles de nénuphars!

Beatrice 19/05/2009 17:03

Schlabaya... les coïncidences, les imprévus font parfois se rencontrer au hasard des chemins...